Mon maire s’en va – t – en -guerre…

0 commentaire Le par

Sans doute nos camarades, qui géraient depuis deux mandats la commune, ont-ils laissé la ville d’Onet le Château dans un état d’insécurité avéré – la presse locale ferait chaque jour les gros titres sur des agressions en tout genre – pour voir le maire, le fier Artaban Kéroslian, partir à la charge sans ménagement du délinquant.

Qu’il est altier ce maire, menton en avant, tel un adjudant à la tête de son escouade de policiers municipaux recrutés à grand tapage pour effrayer sans doute quelques voleurs de poules sévissant du côté des Bastries.

Car de délinquance gravissime, chacun recherchera vainement dans son journal préféré les forfaits capables de mettre la population en émoi.

Comme quoi, il suffit de parler d’un sujet pour effrayer toute une population.

En conclusion, comme c’est bientôt Noël, espérons que ce brave édile trouve son compte à jouer au militaire, peut-être la réminiscence d’une carrière injustement avortée. 

Espérons simplement que tous les Castonétois ne trouvent pas au final que la plaisanterie a un coût quelque peu salé.

Soyez le premier à commenter cet article

Sur le même thème, lire aussi :

Les derniers contenus multimédias